Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le voyage de Marion et Luc en Amérique Latine

Notre carnet de route en Amérique Latine. Un an de voyage en passant par l'Equateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili, l'Argentine, le Brésil, le Vénézuela, l'Amérique Centrale, le Mexique et finalement Cuba.

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Après 5h de bus, nous arrivons enfin à Riobamba. Les derniers km ont été assez catastrophiques, en effet, la route, qui avait été détruite lors des éruptions de 1999, est réouverte depuis peu mais encore en travaux... Revenant de notre aventure en Amazonie, nous avions grand besoin d'une laverie. Du coup, petit tour en ville, avec une vue superbe sur le plus haut volcan du pays qui culmine à 6310m, le Chimborazo....

Le lendemain, après un petit tour au marché, on se renseigne sur la grande attraction de la ville : LA NARIZ DEL DIABLO ! Il sagit du chemin de fer réputé comme le plus difficile du monde qui à l'époque allait de Quito à Guayaquil en suivant la cordillère. La ligne est malheureusement coupée depuis. Elle ne relie plus que Riobamba à la nariz del diablo en passant par Alausi, en tout 97 km.

Comme on nous l'avait conseillé, nous arrivons à 6h à la gare pour embarquer sur ce train des Andes...et là nous sommes très surpris par le monde déjà installé sur le toit des wagons. Avec de la chance, nous trouvons des places sur le wagon juste derrière la locomotive...vue aux premières loges garanties !

Un peu d'appréhension au départ de la machine, car on nous a dit que c´était plus impressionnant que l'autoferro d'Ibarra. Assis sur nos petits coussins sur le toit pas vraiment aménagé, nous avons super froid la première heure jusqu'à ce que le soleil pointe enfin son nez.

Après 5h de train et après avoir passé plusieurs gares animées, nous arrivons à Alausi, dernier stop avant la fameuse nariz. Une petite heure de train encore et la voici enfin...

La Nariz del diablo est en fait un chef d'oeuvre des ingénieurs de l'époque pour permettre au train de passer un énorme obstacle : un pic rocheux presque perpendiculaire. C'est un zig zag creusé dans la roche qui permet au train d'avancer et de reculer afin de passer la montagne.

En tout 7h de train, avec des traversées de paysages magnifiques, mais finalement bien moins impressionants que ceux d'Ibarra. et beaucoup trop touristique à notre gôut...mais une grande permière quant même : le wagon juste derrière le nôtre a déraillé au retour sur Alausi. Les gens de la compagnie qui semblaient bien en avoir l'habitude l'ont vite remis sur les rails !!

Cette petite virée nous aura permis de faire connaissance avec une sympathique petite famille équatorienne : la famille Chauvin !!! et c'est pas une blague...des ancêtres français arrivés en Equateur au début du siècle..!

Arrivés à Alausi on a juste le temps d'attraper un bus pour le petit village d'Achupallas....

Voir les commentaires

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Trajet d'1 h sur une route à flanc de montagne qui nous emmène à Achupallas, petit village d'où nous projetons de faire un trek jusqu'à Ingapirca, le site inca le plus important du pays.

A la descente du bus, nous faisons connaissance avec 2 autres français, Carole et Nicolas, qui ont la même idée en tête ! On s'échange nos différentes infos sur les possibilités d'organiser le trek nous-même ayant tous les 4 refusés d'avoir recours aux agences de voyage qui s'en mettent pleins les poches !! Par bouche-à-oreille nous faisons  finalement connaissance avec Gilberto, qui nous loue le matériel nécessaire et nous trouve un muletier et ses 3 mules pour nous emmener jusqu'au site d'Ingapirca en 3 jours...! Il nous trouve même un terrain pour planter nos tentes cette nuit et sa femme nous cuisinera un délicieux repas ! Feu de camp et première nuit sous tente sur un site plus qu'agréable !...

Le lendemain matin après avoir fait connaissance avec Julio, notre muletier, nous chargeons les mules ... (et là on comprend cette vieille expression "chargé comme une mule !")... et partons pour notre première journée de rando ! 

 

Pour Marion cette première journée sera "le trek de l'incontinence"... du coup elle connait pleins de recoins et tous les gros rochers de la route capables de vous abriter des regards indiscrets !! Eh oui premiers sérieux problèmes gastriques du voyage !! Mais grâce à un savant cocktail "spasfon-tiorfan-smecta-immodium-riz-banane", les "caca-mou" seront éradiqués dans la nuit !! (depuis elle n'est toujours pas retournée aux toilettes...!)

Paysages fantastiques de montagnes verdoyantes, traversée de la vallée du Cadrul, le tout au rythme des mules... enfin plutôt de Marion qui ralentira quelque peu l'expédition le premier jour !!...

   

 

Après 8h de marche, nous arrivons à la lagune de "Las tres Cruces", à 3800m d'altitude. Emplacement idéal pour dresser notre premier bivouac... Le camp à peine monté, Marion ira se coucher de suite, pendant que les autres cuisineront un fantastique poulet aux petits légumes, dans les nuages, la pluie et le froid...! Heureusement le rhum sera là pour les réchauffer !

 

   

 

Après une nuit plus que frisquette et un solide petit dej, les mules à peine rechargées, nous voilà repartis pour une 2nde journée de marche. Le soleil a du mal à percer mais au moment du départ, la brume est totalement dissipée !

Marion se sentant nettement mieux, le groupe reprend un bon rythme de marche ! Paysages toujours aussi superbes avec passage d'un col à 4000m ... Sur le chemin, nous croisons de nombreuses lagunes, avant de descendre par une pente raide à l'ombre du Quilloloma dans une vallée marécageuse qui nous mènera à la lagune Culebrillas, dominée par les ruines incas de Paredones.

 

   
   
 

 

Nous marcherons 6h avant d'atteindre le petit village de San José où nous établierons notre 2ème campement sur un terrain à l'écart. Après 2 jours de marche c'est notre premier contact avec la civilisation ; jusque là nous n'avions croisé que des troupeaux et leurs bergers. Pas une seule habitation, et surtout pas un seul autre gringo !! Et après la Nariz del diablo ça fait du bien !!

 Sympathique repas entouré de gamins du coin, sous un magnifique coucher de soleil... Puis après avoir admiré les étoiles, chacun ira se coucher frileusement !

3ème et dernier jour de trek ... Lever un peu plus tardif... et oui malgré notre entrainement sportif "intensif" d'avant-départ (nos 2 randos dans les Vosges...et nos quelques footings au parcours de santé de la Wantzenau...euh environ 4....) la fatigue commence à se faire sentir !!!

Les paysages montagneux des 2 premiers jours se transforment en champs et fermes d'élevage. Aujourd'hui quasie que de la descente pendant 3h jusqu'au site d'Ingapirca...où une surprise de taille nous attend ! Et oui après 3 jours de marche, nous découvrons le fameux site inca bloqué par les villageois en grève.  Le motif était plus ou moins obscur pour nous, une histoire de gestion du site que revendique la communauté villageoise ! Le site est impossible d'accés... nous pourrons juste l'admirer de bien loin...dommage !

 

Aprés avoir aidé Julio à préparer les mules pour le retour, nous partons en bus avec Carole et Nico pour Cañar... On préfère ne pas trop trainer dans le coin entre les villageois grévistes et les cordons de police !

A Cañar, un dernier verre entre Frenchies et chacun reprend sa route... Pour nous direction Cuenca plus au sud...! Bon retour en France pour Carole et Nico...trek bien sympa avec vous !

 

Voir les commentaires

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Après 2h de bus, nous arrivons à PUYO, endroit où la route goudronnée s'arrête. Il nous faudra encore 2h30 de bus assez cahotique sur une piste jusqu'à TENA, un des points de départ réputé pour la visite de la forêt amazonienne. Plutôt que de passer par une agence de voyage "traditionnelle", nous optons pour un organisme indigène qui favorise l'écotourisme au sein de leurs communautés.  Départ pour 3 jours d'aventure au fin fond de la forêt amazonienne...

Après une petite heure de piste suplémentaire, la route s'arrête là, et nous devons continuer en pyrogue à moteur...

Après la pyrogue, 2h30 de marche en forêt nous attendent avant d'arriver à une première communauté...puis après une bonne demie heure nous découvrons enfin la communauté  "Las Galleras" avec qui nous allons passer 3 jours. Cette communauté se compose d'une 12aine de familles, beaucoup d'enfants, certaines familles en ayant jusqu'à 15.

Notre guide, Milton, est l'un des habitants de Las Galleras. Après un repas tardif, il nous fait visiter les environs.

 

Le soir, Milton nous fait partager les contes et légendes de la communauté, puis retour à notre cabane pour une nuit bien méritée...mais on avait juste oublié que nous étions en Amazonie, et donc pas seuls dans notre cabane...habitée par une énorme chauve-souris et autres insectes géants en tous genres. Au final, suite aux hurlements de Marion, elle s'en est allée ailleurs...euh, la chauve-souris pas Marion !!

Le lendemain, lever à 4h pour participer à la fameuse cérémonie de la "Guayusa", rituel au cours duquel une décoction de plantes est bue ; elle doit donner de l´énergie et éloigner les serpents...le tout au son d'un  instrument traditionnel...Notre guide s'excuse car le musicien âgé de 80 ans n'a pas pu se lever ce matin là...en résumé, comme dirait Luc, se lever à 4h du mat pour boire de la tisane même pas bonne : BOF !!!!

Après un solide petit dej, départ 8h, pour une randonnée à la découverte de la faune et de la flore locales. Milton nous annonce 3h de balade. Nous chaussons nos bottes et poncho de pluie et nous voilà partis. Il nous fait découvrir moultes plantes médicinales, arbres et fleurs en tout genre...très intéressant! Déjà bien trempés par la pluie qui ne cesse, les pieds pleins de boue, nous atteignons enfin le "mirador", point de vue et but de la rando. On est censé surplomber toute la jungle, mais on peut pas vous raconter, vu les trombes d'eau, on ne voit absolument rien ! Et là on se rend compte qu'on fait seulement demi tour alors que ça fait déjà 3h qu'on marche...!

Sur le chemin du retour, nous entendons le mélodieux chant du toucan. Milton, très fier, nous annonce qu'il sait imiter son cri et qu'il va appeler l'oiseau afin de pouvoir l'observer. Et là on se dit... waouhh il est super fort ! Milton prend alors une feuille et se met à siffler...Résultat, son sifflement ne ressemble en rien au cri du toucan et même à aucun autre cri...Bizarrement le toucan n'est jamais venu !!!

Vu la pluie, la rivière que nous avions traversé à l'aller a fortement monté et on ne peut plus traverser à pieds... Milton nous dégote alors une vieille pirogue dont il bouche les trous avec de la terre pour éviter qu'elle ne coule : traversée épique ! Epuisés, on arrivera finalement à la communauté après plus de 6h de marche et allons faire une sieste bien méritée dans notre cabane !

Durant le repas, notre guide nous annonce que ce soir c'est "échange culturel" et là on se dit "ça y est on y est", car on se doute qu'il nous faudra y participer activement !

Après le discours du président de la communauté puis un autre de Milton, le groupe folklorique de Las Galleras habillé (ou plutôt désabillé) pour l'occasion nous entame un petit air musical traditionnel au son d'un violon désaccordé, d'un guitariste jouant faux, d'un tambour sans conviction et d'un drôle de truc qui se gratte....

On a eu du mal à retenir notre fou-rire...mais on ne rigolera pas bien longtemps car déjà c'est à nous de se mettre en scène ! Après une rapide présentation et les remerciements pour leur accueil, nous entamons une petite chanson populaire...la seule assez longue que nous connaissons tous les 2... et surtout la seule qui ne parle pas de choses salaces...avec la similitude de certains mots français en espagnol, on ne sait jamais !!

A peine notre chanson finie, nous voilà obligés de nous déhancher au rythme peu entraînant du fameux groupe folklo...Marion aura l'honneur de danser avec le chef de la communauté, et Luc sera invité par la plus vieille du village...sa libido en a pris un sacré coup !

Nous pensions avoir vu le clou du spectacle, mais non, car la démonstration de shamanisme nous attendait ! Voilà que le chef de la communauté, shaman à ses heures, boit un breuvage interdit aux autres... Au bout d'un long moment au cours duquel il n'aura aucune vision, nous assistons au nettoyage de l'aura d'un des indigènes... le tout hautement théâtral !...On en rigole encore...!

Le dernier jour, des femmes de la communauté nous montrent leur artisanat et l'élaboration de la fameuse chicha à base de manioc...avec bien sûr dégustation à la clé !  Milton, lui nous montre  différentes formes de pièges pour animaux à base de matériaux de la forêt : c'est sûr si il va à Koh Lanta, il gagne haut la main !!!

Retour sur Tena avant de reprendre un bus pour Riobamba....  

Voir les commentaires

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Arrivés avec Nadine et David à Baños, petite station thermale réputée entourée de hautes montagnes verdoyantes...La ville porte bien son nom car de multiples cascades l'entourent ! Surplombant la ville, le volcan Tungurahua toujours en activité menace Baños d'une éruption imminente depuis 2004...nous voilà prévenus !

 Après une petite sieste nous décidons d'aller nous prélasser dans les bains d'eau chaude de la ville...hummm moment de détente assuré mais qui donne faim... donc direction le café Hood oú nous retrouvons Manuel et Céline déjà sur Baños depuis quelques jours : petit repas local sympa sur fond de musique française...mais si !

 

 

Le lendemain, réveil sous la pluie du coup après avoir hésité nous partons quand même pour une rando à vélo tous les 6. Munis de nos casques et vtt, direction Rio Verde à 22km de là sur la route vers Puyo. La route est magnifique, on longe des gorges, des riviéres et pleins de cascades. On s'arrêtera à quelques km avant Rio Verde pour prendre une tarabita, sorte de nacelle suspendue à un câble et qui traverse une gorge... point de vue imprenable !

 

Arrivés à Rio Verde, petit village en fête nous nous y arrêtons pour y admirer une impressionnante cascade qui s'est creusée un lit à travers une coulée de lave : ENORME ! Puis nous négocions une camionnetta pour rentrer à Baños car si l'aller jusqu'à Rio Verde descend, le retour sera bien plus difficile...et oui toujours aussi sportifs !

Le soir, nous décidons d'aller guincher un peu ... Baños, ville touristique, étant très animée le soir : au programme Caïperiña et Cuba libre au son de la Gazolina dans un bar à l'ambiance bien locale !! Petite soirée d'adieux bien sympa... David, Nadine, Manu et Céline poursuivant leur voyage vers Riobamba dés le lendemain... De très bons moments passés ensemble... BON VOYAGE A VOUS !! 

Nous décidons de passer encore quelques jours dans cette ville bien agréable avant de poursuivre sur Tena via Puyo.  

Voir les commentaires

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Ca y est nous avons commencé à descendre vers le sud. Premier stop à Latacunga à 1h30 de bus de Quito. En démarchant les agences en vue de trecks dans la région, nous faisons la rencontre d'un couple de routards Nadine et David (une alsacienne et un breton), puis plus loin, d'autres routards français colocataires Céline et Manuel. Nous décidons de faire ensemble un tour dans le parc national du Cotopaxi, où l'on trouve le volcan du même nom.

Départ le lendemain 8h en 4x4 avec Nadine et David, suivi d'un 2ème 4x4 avec Manuel et Céline. Direction le parc du Cotopaxi, volcan qui culmine à 5897m ; le plus haut volcan actif du monde ! Entrée dans le parc... paysages désertiques... nous arrivons à un altiplano à 3800m d'altitude où nous découvrons une vue fantastique sur le volcan ! Petite pause et ballade pour s'acclimater à l'altitude. On en profite pour faire quelques photos ...

 

 

 
Un peu plus loin, première rencontre avec des Lamas ...non...non... il ne s'agit ni de la famille du célèbre chanteur Serge, ni de celle de l'ancien gardien de foot Bernard...encore moins d'une famille de moines tibétains, mais bel et bien de véritables animaux poilus des Andes !!!
Après avoir roulé sur des pistes désertiques, nous arrivons à 4500m d'altitude. De là, nous partons à pied, bien emmitouflés, pour le refuge à 300m plus haut.
Essouflés, nous l'atteignons enfin une petite heure plus tard... Heureux d'arriver si haut ... waouhh quelle sensation !
 
 
 

 
 
 
Petit repas sympa au refuge, et après 2 bols de thé nous voilà repartis vers le glacier... toujours plus haut ! Nous monterons jusqu'à 4900m... VICTOIRE...nous sommes des stars...nous sommes plus haut que le Mont Blanc !!
Emerveillés nous entamons la longue descente vers les voitures ...
De retour à Latacunga, épuisés mais heureux, on se retrouve entre Frenchies autour d'une bière à discuter en refaisant le monde ce qui clôture cette fantastique journée (désolé...eh non on n'a pas résolu la crise du cacao...peut être un autre soir...).
Le lendemain, on quitte Céline et Manuel pour partir avec Nadine et David pour la lagune de Quilotoa. Après 2h de trajet, le bus tombe en panne... En attendant que le chauffeur essaye de réparer, première leçon de belote pour Marion. Quand nous comprenons que le bus ne pourra définitivement plus repartir, nous en attrapons un autre qui passe... Voyage plus épique que le premier, car debouts, le bus étant bondé !
A Zumbahua, beaucoup de monde descend... contents on peut enfin s'assoir, jusqu'à ce qu'on réalise que le chauffeur aussi est descendu ! Un gamin (Luc lui donne 16ans) prend le volant direction Quilotoa... et là, on va pas vous mentir, on a eu très peur : il roulait à fond sans donner l'impression de maitriser quoi que ce soit !
 
Contents d'arriver à Quilotoa (sains et saufs!!), Francisco nous propose un logement à l'hôtel de son frère. La région de la lagune Quilotoa est l'une des zones les plus sauvages des Andes équatoriennes. Nous acceptons donc ce logement... en parlant d'hôtel il s'agit plus d'une grange avec une cheminée et quelques lits en paille...ensemble bien rustique !

 

 

Nous nous installons tranquillement autour du feu... et demandons : "Mais au fait où est cette fameuse lagune ?"... Francisco nous dit de le suivre et 20m au-dessus de la maison après être passés devant un âne, un lama, des moutons, nous découvrons une vue fantastique sur la lagune et nous nous rendons compte qu'on loge juste au sommet du cratère ... à 3850m d'altitude !

  
On décide d'y descendre, 45mn d'un descente à pic...470m de dénivelé !!...L'eau y plutôt fraiche...puis il faut attaquer la remonté...1h30 de grimpette sévère. En récompense même pas de douche et des WC plus qu'immondes!
Nous assisterons quant même à un magnifique coucher de soleil. Après de nombreuses parties de belote au coin du feu on se plonge dans les lits assez inconfortables avec une forte odeur de bêtes.
La nuit est courte et très frisquette...au matin, nous prenons le sentier pour le village de  Chugchilan avec Francisco, notre guide. Une randonnée magnifique, mais très sportive nous attend. Pics, canyons, descentes abruptes, rivière mais surtout une longue et rude remontée vers le village.
 
 
 

Après 4h de marche nous atteignons enfin ce petit village perdu dans les Andes.
Aucun moyen de retourner sur Latacunga avant le bus du lendemain matin à 3h...on se met  donc  à la recherche d'un endroit pour passer l'apm et une partie de la nuit. Nous atterrirons chez Mama Hilda...une super gentille mamie chaleureuse et très bonne cuisinière !!
La douche bien chaude nous fera le plus grand bien après la nuit de la veille....
 
Lever difficile à 2h30 du matin pour attrapper ce fameux  bus qui nous ramènera à Latacunga. Petit arrêt  à Saquisili pour le marché...très rustique..., avant de prendre un second bus pour Baños toujours en compagnie de Nadine et David....

Voir les commentaires

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Après une petite heure de bus toujours plus au nord, nous voilà à Ibarra. C'est ici qu'on emprunte un des trains les plus fous du monde : l'autoferro ! Un train, il faut vite le dire... il s'agit plutôt d'un bus monté sur rails. Du bus, on a pris le volant du chauffeur et les sièges des passagers ; du train, on a gardé les roues !

 

A l'origne, l'autoferro reliait Ibarra à San Lorenzo (sur la Côte) : un trajet de 193km. Aujourd'hui il ne parcourt plus que les 90 premiers km.

Après s'être renseignés, nous arrivons à la gare à 7h, heure prévue du départ. Nous partirons finalement à 8h30...c'est pas la SNCF mais ça y ressemble..! Etrangement le vendeur de billets compte les futurs passagers avant d'ouvrir sa boutique...nous comprendrons plus tard pourquoi !

Une fois que tout le monde (environ 10 personnes) est installé...sur le toit de la machine...nous partons. L'engin est totalement branlant et on se demande un peu ce qu'on fait ici !!

Une fois éloignés de la ville, le spectacle commence... La voie à flanc de montagne traverse des paysages fantastiques : rivières, gorges, végétation exhubérante, nombreux tunnels et surtout des ponts avec des ravins vertigineux !!

 

Le chauffeur devra s'arrêter plusieurs fois pour dégager des éboulements de pierres qui obstruent la voie dont l'état est catastrophique. On se demande encore comment on a fait pour ne pas dérailler !

Un peu plus loin ce seront des ânes qui nous ralentiront sur plusieurs km, courant devant l'autoferro et ne voulant pas dégager la voie... Une autre fois encore, ce seront des ouvriers changeant des traverses qui arrêteront un moment la machine !

Finalement après plus de 2h de trajet, l'autoferro s'arrête subitement au milieu de nulle part : plus loin la voie n'est définitivement plus en état ! Le chauffeur fait alors descendre tout le monde et nous comprenons enfin pourquoi le vendeur de billets était inquiet du nombre de passagers au départ... Il fallait tout simplement être assez nombreux pour faire faire demi-tour à la machine !!

 

En tout un périple épique de près de 4h, frissons garantis, mais ça vaut vraiment le coup !

Le lendemain, visite d'Ibarra et de ses alentours pendant laquelle nous serons filmés par une gentille petite famille équatorienne : c'est le monde à l'envers...des touristes filmés par les locaux ! Pendant une bonne 1/2h nous avons été l'attraction des enfants,  et nous avons vraiment regretté de ne pas mieux parler espagnol...

 

 

Ensuite, départ pour San Antonio, un petit village artisanal réputé pour ses sculptures de bois....si on veut aménager l'intérieur d'une église, il y a vraiment tout ce qu'il faut !!

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par luc
Publié dans : #Equateur

Départ d'Ibarra pour Mindo qui se situe environ à 2h au nord ouest de Quito. Vous ne le trouverez peut être pas sur la carte, Mindo ne se trouvant même pas dans notre guide....mais c'est apparemment un endroit à ne pas manquer ... ici tous les routards en parlent. C'est pourquoi on décide d'aler y jeter un oeil.

En arrivant , on découvre un charmant village perdu au milieu de la végétation et on se demande bien ce qui attire autant de monde ici. Etant tous les deux fans de Derrick, nous menons rapidement notre enquête : Mindo est en fait un petit paradis écologique réputé pour l'observation des oiseaux : perroquets, toucans, colibris...plus de 120 espèces vivent ici.

En cherchant un hôtel, un homme nous explique que son frère a 2 chambres et qu'il peut nous loger pour pas cher. Nous faisons la connaissance de Julia, sa femme, charmante maîtresse de maison aussi guide pour l'observation des oiseaux.

Accueil très chaleureux dans sa petite maison. Nous y sommes restés quelques jours tellement c'est tranquille ici...et être réveillés au son des chants d'oiseaux c'est bien agréable!...nous y avons rencontré des passionnés, et observé des milliers de colibris et papillons...bref quelques jours de détente écologique !

 

 

Voir les commentaires