Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le voyage de Marion et Luc en Amérique Latine

Notre carnet de route en Amérique Latine. Un an de voyage en passant par l'Equateur, le Pérou, la Bolivie, le Chili, l'Argentine, le Brésil, le Vénézuela, l'Amérique Centrale, le Mexique et finalement Cuba.

Publié le par luc et marion
Publié dans : #Bolivie

Nous décidons de quitter la Bolivie après une petite semaine car le 18/12 ont lieu les élections présidentielles et le climat politique est assez tendu... il y a déjà quelques barrages sur les routes (à ce qu'il paraît le grand sport national ici ...) qui paralisent un peu le pays ! Du coup comme on ne veut pas passer les fêtes de fin d'année au milieu d'ouvriers en colère (malgré l'âme très sociale de marion !), on se dirige vers le Chili pour revenir en Bolivie en février prochain après l'Argentine !

Notre dernière étape avant de quitter le pays est la région de Sajama près de la frontière. Nous prenons un bus qui fait la liaison internationale jusqu'à Arica au Chili,  et nous avons prévu de descendre en route pour profiter du parc national Sajama. On est à peine sorti de La Paz, que le bus commence déjà à avoir des problèmes mécaniques...! Après plusieurs arrêts et tentatives de réparation, le chauffeur appelle finalement la compagnie... très bonne initiative... sauf que le bus de secours arrive avec moins de sièges que le précédent et tous les passagers ne peuvent pas s'assoir, du coup c'est un peu le bordel car pour ceux qui vont jusqu'à Arica, le trajet dure + de 10h !!... Les gens se serrent, certains resteront quand même debouts (et là on admire le calme ou la résignation des boliviens... personne ne râlera !) Pour nous qui sommes assis, le reste du trajet se déroulera sans accroc, et on pourra apprécier la route qui est magnifique...

Après 4h de trajet, le bus s'arrête au bord de la route, à un croisement, et le chauffeur nous dit que c'est ici qu'il faut descendre pour Sajama. Comme nous sommes les 2 seuls à descendre, on se fait confirmer qu'il y a bien des microbus pour aller jusqu'à Sajama-village car la route nous parait bien déserte !... "si si es seguro !!"... nous voilà un peu rassurés, mais on insiste encore (... ben oui on n'est pas alsacien pour rien !)..."si si hay mobilidad..." et voilà que le chauffeur nous donne même l'heure du prochain microbus (ou autre véhicule... mais un truc à moteur quoi !) "si si es seguro... a las 18h30" ! Ce qui veut dire pour nous qu'une petite 1/2h à attendre... ok, nous voilà complètement rassurés !!

Le bus repart, et on se rend compte qu'on est au milieu d'une pampa déserte avec tout proche de nous le volcan Sajama, 6520m ... Panorama splendide à couper le souffle !

Au bout de 3/4h, ne voyant toujours rien venir, il nous faut prendre une décision car la nuit arrive. On reconsidère alors le panneau sur le petit chemin de terre devant nous qui indique "Sajama-village : 11km".... un peu longue la promenade vue l'heure !!! Du coup on décide plutôt de suivre l'immense route asphaltée qui mène vers le Chili pour rejoindre le semblant de village qu'on aperçoit tout au loin. Et avec nos sacs au dos le long de cette route sans fin, quasie déserte, on fait bien rire les chauffeurs des rares gros camions qui passent par là !

Au bout d'une petite heure, et après avoir assisté à un magnifique coucher de soleil sur le Sajama, nous arrivons enfin à ce hameau... Nous sommes accueillis par Grégoria à qui on demande où on peut passer la nuit par ici, et justement chez elle il y a moyen... ouf ! On cherchera  à s'acheter de quoi manger dans le village... mais peine perdue... du coup Grégoria nous concoctera du lama séché ... hummm quand on a faim on pourrait presque dire que c'est bon !

De là on apprend qu'il n'y a pas de transport pour Sajama-village... du coup on se lève super tôt le lendemain pour ne pas rater les micro bus qui vont jusqu'à la frontière du Chili (pour nous, le parc du Sajama c'est vu ... on a même dormi au pied du volcan !!) En fait nous ne verrons qu'un seul micro bus passer... il s'arrêtera mais il est déjà tellement bondé que nous ne pouvons pas nous y glisser !!... C'est pas grave, on profite encore du splendide panorama qui nous entoure ce matin... on découvrira même une petite lagune avec quelques flamants roses (nos premiers !!), où se reflète les alentours, et tout ça  juste après le hameau... qui d'ailleurs porte le nom de "las lagunas"... étrange non !

  1.  

  1.  

Et nous voilà à nouveau entrain d'attendre au bord de cette immense route... où à part quelques camions personne ne passe ! Un des villageois nous proposera "un contrat"... non non on ne doit tuer personne !!... on nous propose juste de louer un microbus entier (pour nous tous seuls) pour aller jusqu'à la frontière... mais bof vu le prix, il faudrait que son microbus vole pour que ce soit rentable !! Du coup on reprend notre place au bord de la route, tout en essayant vainement d'arrêter les véhicules qui daignent passer !!! Le premier qui enfin s'arrêtera est ... UN VELO !!... Un fou qui parcourt tout le continent sur son 2 roues !!... On fera un brin de causette avec lui tout en persévérant notre technique de pouce en l'air... et notre cycliste de l'extrême nous portera chance car un gros camion s'arrête ENFIN !!.  C'est Jorge le camionneur, qui pour quelques piécettes, nous prend dans son beau camion !!! ... enfin on se comprend ... il nous amènera simplement jusqu'à la frontière !!! Et adios le joli petit hameau...

  1.  

  1.        

Du coup on est vraiment content....on pense que la galère est enfin finie... et ben vous savez quoi... on va pas encore pouvoir se reposer !!!

Jorge notre camioneur, nous dépose comme prévu un peu avant la frontière car il n'a pas le droit de transporter des passagers. On marchera les derniers mètres, et après nos formalités de sortie du territoire bolivien, on demande où se trouve le bureau de l'immigration chilienne ... qui très logiquement ... est à la frontière chilienne ... 30 Km plus loin !!!!!

Et on se retrouve à nouveau à chercher un moyen de transport !! Les douaniers, que notre situation semble bien amuser, nous apprennent que le seul moyen de se rendre au Chili d'ici, sont les bus internationaux qui passent par là ... reste simplement à espérer qu'ils aient encore des places libres  !! Heureusement pour nous, il ne nous faudra pas attendre très longtemps avant de voir arriver le premier de ces bus ... et coup de chance ( et oui, ça nous arrive aussi !!!)... il reste 2 sièges de libre à bord !!

Sur les derniers Kms avant la frontière du Chili, on pourra observer les jolis champs ... de mines ... plantés  au bord de la route (oh oh oh ). Alors que jusqu'ici nos passages de frontière s'étaient limités à de simples coups de tampons ... ici le bus entier a droit à la TOTALE : chiens et contrôle anti-drogues, douaniers pas sympas et machine à rayons X pour les bagages... y aurait-il des troubles dans les relations chilo-boliviennes ???!!!!

Après encore 2 heures de trajet, le bus s'arrête pour nous laisser descendre, comme on le voulait, à Putre ... Et là une sensation de DEJA VECU : nous sommes les 2 seuls à descendre ... au bord d'une route déserte ... pas la moindre maison en vue ... et on nous dit " le village est à 4km, juste de l'autre côté", et vous pensez bien que cette fois-ci on a encore plus insisté mais d'après le chauffeur de bus, une nouvelle fois, "si! si! , es seguro, hay mobilidad!" Et là comme on connait la musique, après une petite attente sans rien voir venir, on s'est directement mis à marcher !... mais cette fois-ci la route grimpe dure. Heureusement, en pleine montée, une camionnette déjà remplie d'ouvriers aura pitié de nous et nous amènera jusqu'à Putre où nous découvrons un charmant petit village, où nous dénicherons un charmant petit hôtel chez des gens super charmants... OUF !!! ça fait du bien ..... !

  1.  

Bref vous l'aurez compris, ces 2 derniers jours ont été assez galère, mais on ne regrette vraiment pas car on s'en ait mis plein les yeux ....

En arrivant à Putre, on apprend que les élections présidentielles ont lieu le 11/12 au Chili ... mais le contexte politique n'est vraiment pas le meme qu'en Bolivie !!

 

 

Commenter cet article